À l'affiche

Le sujet du moment.

Articles & Presse

Explorer les articles de presse.

Nos actions

CAOVA sur le terrain

Nouvelles

Les nouvelles brèves de CAOVA

Publications

Retrouvez les publications éditées par CAOVA.

Accueil » Articles & Presse, Nouvelles

En Belgique, le pollueur devient enfin le payeur

Soumis par sur 23 juin 2015 – 21:14 | 3 570 vue(s)

abeva_press_release-1

ABEVA
C/o Fondation belge contre le Cancer
Chaussée de Louvain, 479
1030 Bruxelles
Tél : 0476 78 88 33 (F) – 0479 3791 36 (N) e-mail : abeva.be@gmail.com
h t t p : / / www. a b e v a .be
En Belgique, le pollueur devient enfin le payeur…
L’OVAM, la société publique flamande de gestion des déchets, se décide à contraindre la
société Eternit, à Kapelle op den Bos, près de Bruxelles, à assainir le(s) site(s) qu’elle a pollué
avec l’amiante utilisé dans ses productions jusqu’en 1997.
L’Abeva se félicite de la décision prise par l’OVAM. Outre l’assainissement rapide des sols
qui évitera que des vies supplémentaires soient exposées, les coûts de l’assèchement et de
recouvrement seront entièrement supportés par la multinationale et non par les deniers
publics.
L’Abeva rappelle que La multinationale Eternit possédait dans la région une série de terrains
où furent entreposés puis enfouis des milliers de tonnes de d’amiante, lorsqu’un complexe
sportif fut érigé sur l’un d’eux. Près de quarante années ont passé, l’érosion des terres a
permis aux déchets d’amiante-ciment d’apparaitre au grand jour. Cette situation était connue
depuis bien des années, pourtant, ni Eternit, ni les édiles communaux s’en sont inquiétés. Il
aura fallu que le fils de la victime du procès d’Eternit achevé à Bruxelles en novembre 2011
(Françoise Jonckheere), emmène les médias vers son ancienne habitation et terrain de jeu en
octobre 2011 pour que le dossier enfin bouge.
Il finança personnellement une première analyse des sols dont les résultats se révélèrent
alarmants mais qui ne fut pas prise au sérieux par l’administration communale de Kapelle op
den Bos.
L’ABEVA rappelle que cette décision de l’OVAM s’inscrit aussi manifestement dans la
foulée des jugements rendus à Bruxelles et à Turin. Elle rappelle qu’à Turin, les prévenus
Schmidheiny et Cartier de Marchienne, ainsi que les groupes Eternit suisse et Etex belge ont
été condamnés à rembourser les sommes que les pouvoirs publics ont déjà dû consentir pour
l’assainissement des sites gravement contaminés, par exemple en de multiples endroits de la
ville de Casale Monferrato. Là , la société a livré (s’est débarrassé) de milliers de tonnes de
déchets en les « offrant gratuitement » aux riverains , aux travailleurs et aux municipalités
pour les utiliser comme remblais ou soubassements de nombreuses habitations, chemins,
parcs publics, etc… Les pratiques là-bas et ici étaient les mêmes.
Si l’ABEVA se réjouit de la décision de l’OVAM, elle estime qu’elle aurait dû cependant être
prise bien plus tôt, sans même attendre des décisions de justice car la situation était connue
depuis longtemps, mais nombreux ont préféré fermer les yeux.
La région de Kapelle compte d’autres anciens sites d’enfouissement d’amiante. L’Abeva
espère que tous seront assainis et sécurisés de façon identique dans les délais les plus brefs.
Pour l’Abeva,
Eric Jonckheere – Christine Bogaert

DERNIERE HEURE !

Action des familles des victimes de l’amiante devant Eternit à Kapelle-op-den-Bos

Laisser un commentaire

Add your comment below. You can also subscribe to these comments via RSS

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar