Accueil » Qu’est ce que l’amiante?

Qu’est ce que l’amiante?

Consulter « Chronologie ».
Consulter « Amiante dans les maisons ».

L’amiante nous empoisonne, au propre comme au figuré. C’est un dossier qui devrait être réglé aujourd’hui. Or, il reste tragiquement d’actualité.

Il y a plus de 26 ans, ABE consacrait déjà une émission à l’amiante. Depuis, les reportages, les articles et les témoignages de victimes se succèdent. Mais une bonne partie de l’amiante utilisé pendant les décennies qui ont suivi la fin de la guerre est encore là. On peut dire, qu’à partir de 1980, on connaissait parfaitement les dangers de l’amiante. Ce n’est que 10 ans plus tard qu’il a été totalement interdit et encore, certains produits ont obtenu des dérogations et ont été commercialisés jusqu’en 1995. Toute personne qui vit ou travaille dans un bâtiment contenant de l’amiante est potentiellement exposée, mais ceux qui sont en premières lignes sont les ouvriers, techniciens, électriciens et le personnel d’entretien des bâtiments. Les bricoleurs du dimanche prennent également des risques.

De l’amiante, il y en avait plein dans les Twin Towers. Il a été libéré dans l’atmosphère quand elles se sont écroulées. Résultat: ce que l’on peut considérer comme la plus grosse pollution à l’amiante de l’histoire.

L’amiante, au départ, c’est une substance minérale fibreuse d’origine naturelle contenue dans certaines roches. On trouve des mines d’amiante dans de nombreuses régions de la planète, notamment au Québec qui est le plus gros producteur du monde. Mais aussi en Suisse, comme ici dans une carrière au-dessus de Martigny.

Le chrysotile, communément appelée amiante blanc, représente 95% de la production mondiale d’amiante. Parmi les autres variétés, il y a le crocidolite ou amiante bleu.

Les fibres extraites du minerai par broyage revêtent plusieurs propriétés physiques remarquables: résistance au feu, à l’usure et aux produits chimiques. Elles sont aussi très souples, imputrescibles et elles absorbent très bien les sons.

L’amiante est utilisé depuis le début du XX ème siècle, mais c’est surtout après la 2ème guerre mondiale que son usage s’est largement répandu. On se souvient bien sûr de l’amiante ciment avec lequel on a fabriqué toutes sortes de panneaux, cloisons et autres plaques. On estime à plus de 3500 le nombre de produits ayant contenu de l’amiante sous différentes formes. En plus des matériaux de construction pour l’isolation thermique et phonique, il y en a eu dans les garnitures de freins ainsi que divers objets domestiques.

La Suisse a été un gros consommateur d’amiante: on estime qu’on en a importé environ 100 kg par habitant avant son interdiction.

Au départ, comme souvent lors de découvertes intéressantes, on n’avait aucune raison de se méfier de l’amiante. Alors, on en a mis partout. Les matériaux les plus à risques sont ceux qui sont faiblement agglomérés, comme le flocage, car ils sont friables et libèrent plus facilement les fibres d’amiante lors de chocs, de courants d’air ou quand on les touche. Le fribrociment, par exemple, lui ne devient dangereux que s’il est percé ou scié. Le problème, c’est qu’en dehors de quelques rares experts, personne n’est formé pour identifier un matériau suspect. Les fibres d’amiante sont microscopiques et elles resteront dans les poumons de manière irréversible. On ne connaît pas exactement les liens entre la dose inspirée et le risque, probablement qu’il dépend de la sensibilité individuelle. On ne sait pas non plus soigner les maladies et les cancers qui en découlent.